Jeunesse·Sciences fiction

Phobos, tome 2 de Victor Dixen

  • Titre: Phobos
  • Auteur: Victor Dixenphobos tome 2
  • Genre: Science-fiction/ Jeunesse
  • Edition: Robert Laffont (Collection R)
  • Description: 490 pages
  • Prix: 17.90 euros

Synopsis:

Reprise de la chaîne Genesis dans 3 secondes…, 2 secondes…, 1 seconde…

Ils croyaient maîtriser leur destin. Ils sont douze pionniers du programme Genesis. Ils pensaient avoir tiré un trait sur leur vie d’avant pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées. En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.

Elle croyait maîtriser ses sentiments. Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour. Elle pensait pouvoir ouvrir son cœur sans danger. En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé.

Même si les souvenirs tournent au supplice, il est trop tard pour oublier.


Mon avis:

J’ai commencé la lecture du tome 2 tout de suite après le tome 1. Ce à quoi je ne m’attendais pas c’est que l’on continue l’histoire exactement là où elle s’est arrêtée.

Ce tome est surprenant et l’on ne s’attend pas vraiment à ce qu’on va y découvrir. Il est aussi addictif que le premier. Surtout, on lâche pas le livre avant le dernier mot de la dernière page. Quand on plonge dans le paysage de Mars on n’en sort pas indemne. On est dans une ambiance angoissante, on ne sait pas vraiment ce qu’il va advenir de nos protagonistes.

Dans ce deuxième tome, beaucoup de liens d’amour et d’amitié se créent.  Tout au long du roman, on voit les personnages se rapprocher. Il y a certains personnages qui restent en retrait et d’autres qui s’affirment plus et se montre au grand jour.

L’intrigue tourne un peu en rond au début. Alors que les personnages doivent se mettre d’accord, on voit bien une scission en deux groupes: le premier qui veut retourner sur Terre et se venger de Serena et le second qui veut poursuivre sa vie sur Mars et trouver une solution pour survivre. Les personnages ne trouvent d’issus à leur situation puis on décèle une ouverture dans le complot dont ils sont victime et on voit un meilleur avenir pour nos 6 couples.

En plus de suivre nos 6 couples de pionniers, on suit la diabolique Serena et son amant/disciple Arthur Montgomery. On la déteste de plus en plus au fur et à mesure que l’intrigue avance. Sa cruauté augmente; De plus elle est agaçante quand on le voit des yeux de Léonor et des autres.

Les personnages que j’ai aussi aimé suivre sont Harmonie McBee, qui n’est pas du tout comme sa mère, et Andrew Fisher. Deux personnages qui forment un duo de choc pour aider nos héros. Ils se lient d’amitié pour sauver les pionniers de Mars. Ce sont deux personnages que tout oppose, à part le fait que Serena les recherche pour les détruire. A eux deux ils savent trop de chose, et ils sont à éliminer selon Serena.

Et puis la fin, vous voulez qu’on en parle? Cette fin dont personne ne s’attend. Cette fin qui nous brutalise le cœur. Maintenant je n’attend que la suite, le troisième 3, pour connaître la suite; autant dire le mois prochain :/

En bref, un deuxième tome qui annonce une merveilleuse suite. On a hâte de retrouver nos personnages, et de suivre leur aventure sur Mars, la planète rouge.

Ma note: COEUR

Jeunesse·Sciences fiction

Phobos, tome 1 de Victor Dixen

  • Titre: Phobos
  • Auteur: Victor Dixenphobos tome 1.jpg
  • Genre: Science-fiction/ Jeunesse
  • Edition: Robert Laffont (Collection R)
  • Description: 433 pages
  • Prix: 17.90 euros

Synopsis:

Six prétendantes. Six prétendants. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. 

Ils veulent marqué l’histoire avec un grand H. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Elle veut trouver l’amour avec un grand A. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour….

Même si le rêve vire au cauchemar il est trop tard pour regretter. 


Mon avis:

J’ai commencé ce roman après tout le monde, avec un temps de retard je l’avoue. Mais comme on le dit toujours: vaut mieux tard que jamais! Avec ce synopsis qui m’a alléché, je tremblais d’impatience de me lancer dans la lecture de ce livre.

Une télé-réalité sur Mars sous forme de voyage pour conquérir et coloniser l’espace. Quoi de mieux? C’est original et novateur, et nous fait voyager avec les prétendants et prétendantes du programme.

La lecture est addictive et passionnante. Qui aurait pu penser à une télé-réalité sur Mars? Il n’y a que Victor Dixen pour créer cet univers! Son écriture, juste magnifique et agréable à lire, nous permet l’évasion dans un nouvel univers: la conquête de la planète Mars.

Les personnages sont attachants. Personnages blessés par la vie, en candidatant pour le programme Genesis, ils veulent se reconstruire. Personnellement je me suis senti touché par leur histoire à chacun.  Le fait qu’il n’y ai pas le point de vue des prétendants les rend très mystérieux et on a encore plus envie de les découvrir personnellement. On connait leur histoire grâce aux informations qu’ils donnent aux filles lors de leur échanges, mais on ne sait pas ce qu’ils pensent des prétendantes contrairement à elles.  Il manque d’après moi, juste le point de vue des personnages masculins, à savoir les six prétendants. Cela apporterait un petit plus. Mais encore une fois c’est selon moi.

Le personnage que j’aime beaucoup est celui de Léonor, d’où on a le point de vue du côté des prétendantes. Elle n’a pas été gâtée par la vie et la « Salamandre » ne l’aide pas dans sa vie, au contraire elle la complique. On a de l’empathie pour elle et on aimerait l’aider dans ses choix.

En étant lecteur on connait l’entièreté de l’histoire, à savoir ce qui se passe dans le vaisseau. On connait ce qui se passe sur la chaîne Genesis comme les spectateurs. Et ce qui se passe dans les locaux de Cap Canaveral: les coulisses du programme et les messes basses des organisateurs. On sait donc ce qui est prévu et on connait le coté tragique de l’expédition. On se demande vraiment ce qui va arrivé: la vie miraculeuse ou la mort prédite de nos personnages? Ça donne un rythme intéressant à l’histoire.

Un dernier point que je ne vais qu’effleurer pour ne pas vous spoiler, c’est la fin. L’auteur sait très bien y faire pour amener le suspense jusqu’à la fin, la dernière page, le dernier mot.

En bref, c’est excellente lecture originale et addictive à souhait et peuplé de personnages attachant. Un voyage vers Mars que l’on ressent tout comme si l’on était à bord du vaisseau avec les personnages.

Ma note: COEUR

Etant donné que ce livre est un énorme coup de cœur, je vais me mettre de suite à la lecture du tome 2.

Contemporain·Non classé

Moi, Tituba, sorcière de Maryse Condé

Je vous retrouve avec une nouvelle chronique, mais cette fois-ci un livre de cours. J’avais fait un sondage sur Instagram pour savoir si des chroniques sur mes livres de cours vous intéressait et vous avez été nombreux à répondre par l’affirmatif.


  • Titre: Moi, Tituba, sorcière
  • Auteur: Maryse Condémoi tituba sorcière.jpg
  • Genre: Contemporain
  • Edition: Folio
  • Description: 278 pages
  • Prix: 8,20 euros

Synopsis:

Fille de l’esclave Abena violée par un marin anglais à bord d’un vaisseau négrier, Tituba née à la Barbade, est initié aux pouvoirs surnaturels par Man Yaya, guérisseuse est faiseuse de sort.

Son mariage avec John Indien l’entraîne à Boston, puis au village de Salem au service du pasteur Parris. C’est dans l’atmosphère hystérique de cette petite communauté puritaine qu’a lieu le célèbre procès des sorcières de Salem en 1962. Tituba est arrêtée, oublié dans sa prison jusqu’à l’amnistie générale qui survient deux ans plus tard.

Là s’arrête l’histoire. Maryse Condé la réhabilite, l’arrache à cet oubli auquel elle avait été condamné, et, pour finir, la ramène à son pays natal, la Barbade au temps des nègres marron et des premières révoltes d’esclaves.


Mon avis:

J’ai lu ce livre dans le cadre d’un de mes cours à la fac. Et pourtant, je l’ai bien aimé! Quand j’ai commencé ce petit roman, je ne savais pas à quoi m’attendre car je n’avais pas lu le résumé.

On rencontre le personnage d’Abena, la mère de Tituba. C’est un personnage que je n’ai pas beaucoup apprécié, elle ne m’inspirait pas confiance du tout, son histoire m’a toutefois touché car c’est une « nègre » et qu’elle était esclave. On fait aussi la rencontre de Yao, le ‘beau- père’ de Tituba, avec qui cette dernière s’entend très bien. C’est l’un des personnages que j’aime énormément.

Aussi bizarre soit-il, je n’ai pas aimé le personnage de Tituba, que je trouvais trop naïve et trop obsédée. J’ai aussi trouvé qu’elle utilisait beaucoup son don ou faisait des sacrifices pour peu. Elle se dit sorcière du bien, guérisseuse de maladie, et qui veut aider les gens, mais ce n’est pas comme cela que je l’ai perçu.

Quand elle a rencontré John Indien on comprend très vite qu’il n’est pas ce qu’il prétend et qu’il est bien mieux intégrés chez les blancs que tout les autres esclaves. Quand il voit que sa femme n’est pas bien traité, que c’est une domestique et esclave maltraité, il lui dit que ce n’est rien et qu’il faut qu’elle se plie aux règles; c’est pourquoi ce personnage est l’un des plus mauvais de l’histoire.

Ce qui m’a aidé pendant la lecture, c’est que la plume de l’autrice est très agréable à lire. Contrairement à des classiques qu’on doit lire pour les cours, ce livre est doux à lire. C’est l’un de mes livres de cours favoris, malgré le sujet assez difficile de l’esclavage et de la chasse aux sorcière.

En bref, une lecture de cours plutôt sympa malgré un sujet important et difficile, avec de nombreux personnages. Un récit à ne pas manquer pour connaître le point de vue d’une sorcière durant cette période sensible qu’est la chasse aux sorcières.

Ma note: 3

Mythologie·Romance

Enchantement, tome 3 d’Evelyne Contant

Tout d’abord je voulais remercier l’auteur pour l’envoi de son roman. J’avais déjà eu son premier et son deuxième roman et c’est donc dans la continuité que j’ai lu le troisième roman.


  • Titre: La table d’Emeraude
  • Auteur: Evelyne Contantenchantement---la-table-d-emeraude-968364-264-432.jpg
  • Genre: Mythologie/Romance
  • Edition: Auto-édité
  • Description: 294 pages (Ebook)
  • Prix: 15.38 (Lien Amazon)

Synopsis:

Je suis navrée, navrée de t’avoir laissé mon amour ; navrée d’avoir abandonné mon équipe. Mais je la sens, elle est là, tout près, la Table d’émeraude.

Là-bas, par-delà les canyons, au-dessus des volcans, dans la forêt et le désert, dans l’océan et dans le ciel, c’est là que je la trouverai. Un voyage sans fin au bout du monde et au bout de mon âme, elle est là.

Suivez-moi dans la pénombre, là où la mort côtoie la vie, marchant sur une ligne mince entre la raison et la folie.

Fermez les yeux et respirez avant que l’obscurité ne chasse ce qu’il reste de lumière. Suivez-moi, elle est là… la Table d’émeraude.


Mon avis:

Petit conseil: si vous n’avez pas lu le tome 1 et 2, vous serez alors spoiler sur l’histoire des tomes précédents.

Dans ce roman on retrouve les personnages de Lou, Black et des autres personnages qui font partit de l’équipe notamment Flicka, qui est la meilleure amie de Lou. On voit que tout les personnages ont une évolution, soit positive soit négative selon le personnage ( mais si vous voulez savoir de qui il s’agit, à vous de lire cette merveilleuse saga).

Lou est un personnage toujours aussi courageux et spontané dans ses relations aux autres. On la trouve beaucoup plus amoureuse encore de Black et on sait qu’elle serait capable de tout pour son amour.

Black est toujours aussi protecteur envers Lou et son amour est décuplé. On comprend comment il en est arrivé là dans sa relation avec Lou et surtout comment il a fait pour s’en sortir, et survivre malgré son passé.

Grâce à ce roman on connaît toute l’histoire d’Euridice et d’Orphée, leur tragique histoire, et le dénouement de leur amour à travers des retour en arrière. C’est assez magique comme histoire, car leur amour vainc toute les épreuves de la vie et du temps. C’est vraiment un merveilleux mythe que l’auteur  su parfaitement rajouter à son histoire et qui fait par entier dans le roman.

La romance entre Black et Lou est au centre de l’histoire dans ce tome-ci et c’est ce que j’ai aimé car on voit que l’amour résiste à tout. Il a aussi la quête qui se poursuit pour trouver la table d’émeraude, qui n’est pas de tout repos pour nos jeunes héros.

Le petit plus c’est qu’on a différents point de vue: Lou maintenant et avant et Black maintenant et avant. Cela nous permet de connaître les sentiments des deux et aussi de connaître ce qui se passe même quand ils ne sont pas ensemble.

Grâce à sa plume légère et agréable, l’auteur nous emporte dans son histoire, plus magique que jamais. La plume de l’auteur est tout comme l’histoire: envoûtante. On passe par toute un panel d’émotions et de sentiments.

C’est certainement mon tome préféré de la saga, à la fois pour l’histoire et pour les personnages. Avec tout les rebondissement on ne s’ennuie pas une seconde! Et la fin? On en parle de cette fin? J’ai tellement hâte de continuer ma lecture avec les deux derniers tomes de la saga (Autant vous dire que je en suis pas prête à quitter ces personnages).

En bref, une écriture légère, qui accompagne une histoire originale avec de nombreux rebondissements et des personnages attachant, c’est tout ce qu’il faut pour une excellente lecture. Avec un bon plaid et une bonne tasse de thé, le rêve!

Ma note: COEUR

 

Jeunesse

Tortues à l’infini de John Green

  • Titre: Tortues à l’infini
  • Auteur: John Green
  • Genre: Jeunesse
  • Edition: GallimardTortues-a-l-infini
  • Description: 338 pages
  • Prix: 21 euros

Synopsis:

Aza, seize ans, n’avait pas l’intention de tenter de résoudre l’énigme de ce milliardaire en fuite, Russell Pickett. Mais une récompense de cent mille dollars est en jeu, et sa Meilleure et Plus Intrépide Amie Daisy a très envie de mener l’enquête.

Ensemble, elles vont traverser la petite distance et les grands écarts qui les séparent du fils de Russell Pickett: Davis.

Aza essaye d’être une bonne détective, une bonne amie, une bonne fille pour sa mère, une bonne élève, tout en étant dans la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles.

Aza, Daisy, Davis, trio improbable, trouvent en chemin d’autres mystères et d’autres vérités, celles de la résilience, de l’amour et de l’amitié indéfectible.


Le roman commence sur Aza, à la cantine, qui se pose des questions sur les bactéries qu’il y a dans son corps. Elle parle aussi avec Daisy, sa meilleure amie, de l’affaire Pickett. Daisy se demande si un rapprochement avec le fils pourrait aider dans l’enquête qu’elles se lancent pour avoir la récompense. Le soucis est que ça ne se passe jamais comme prévu.

On a une héroïne, que je qualifierais d’hypocondriaque. Elle a toujours peur d’attraper des microbes ou de mauvaises bactéries.  Elle a des pensées obsessionnelles qui la pousse à sortir de son corps par moment, ou c’est en tout cas l’impression qu’elle a. Elle se pense folle.

C’est un personnage que j’aime beaucoup. Aza, dite Holminette par son amie, est une lycéenne et bonne élève. Je m’identifie à ce personnage du fait que ce soit une jeune femme, mais aussi beaucoup car elle est la pour ses amis, et ne sait parfois pas comment faire dans certaines situations. En lisant son histoire j’ai eu l’impression qu’elle ne se sentait pas bien dans son corps mais aussi qu’elle n’avait pas confiance en elle.

Contrairement à Daisy, extravagante, qui sait ce qu’elle veut et qui pousse parfois son amis dans ses retranchements. Si il y a une chose que je n’aime pas sur ce personnage c’est le fait qu’elle délaisse parfois Aza, pour son copain. C’est assez minime mais je l’ai remarqué.

On rencontre aussi Davis, jeune homme riche mais trop souvent seul. Son père partit, c’est à lui de s’occuper de son frère, Noah. Une tache qui n’est pas simple, quand ce dernier déprime, et voudrais que son père revienne. On comprend très bien son point de vue dans l’histoire. C’est un personnage que j’adore car il est courageux et a la fois simple; il est riche mais il ne s’en vante pas du tout comme on aurait pu s’y attendre.

L’histoire est originale et vraiment touchante. La narratrice est Aza mais on comprend aussi le point de vue des autres personnages. Ce roman est addictif, originale et totalement émouvant. Ce qui est peut-être le cas car c’est le livre le lus personnel de l’auteur.

John Green a su une fois de plus nous impressionner par son écriture et sa facilité et faire transparaître les émotions des personnages.

Ma note:

COEUR

« Quelle drôle expression ‘tomber amoureuse’ comme amoureuse étai une mer dans laquelle on se noyait ou une ville qui nous absorbait »

Récit

La petite fille dans le placard de Marie Lincourt

  • Titre: La petite fille dans le placardla petite fille dans le placard
  • Auteur: Marie Lincourt
  • Genre: Récit
  • Edition: Pocket
  • Description: 165 pages
  • Prix: 6 euros (environs)

Résumé:

« Il fait noir, tout noir … J’ai peur! J’entends des voix, je colle mon oreille à la porte. Un ai de lumière file par l’entrebâillement, mais mon placard à moi est dans l’obscurité »

Parce qu’elle a attrapé la rougeole, Laurence, six ans, a été installée dans un placard pour ne pas contaminer son petit frère. Le jours passent et personne ne vient la chercher..

Le récit poignant d’une enfant qui, oubliée au fils des jours, attend qu’on se souvienne d’elle.


Mon avis:

Ce récit s’ouvre sur Laurence qui est dans son placard et qui a très froid. Elle est malade et ses parents ne sachant pas où la mettre, lui ont trouvé une place dans le placard de leur chambre qui était anciennement le dressing de sa mère. On découvre cette petite fille, âgée seulement de six ans, qui est totalement laissé à l’abandon par ses proches.

C’est une histoire terrible que nous découvrons dans ces pages. A la fois triste et horrifiante. Toute au long du récit, je me suis demandée comment des parents et proches auraient pu faire ça à une enfant, ou à quelque autre personne.

A la lecture de cette histoire, j’ai ressentie beaucoup d’émotions, à la fois sur l’histoire tragique de cette petite fille que sur les personnages en eux même. J’y ai découvert les personnages des parents de Laurence, que je qualifierais d’inconscient et d’ignoble: comment ont-ils pu faire ça à leur enfant, la laisser seule enfermée dans un placard? Le père, Georges, n’a aucune autorité sur sa femme, Rose. Cette dernière est manipulatrice.

Il n’y a pas que ces personnages mauvais dans l’histoire. On peut aussi parler de la tante de la jeune fille, Antoinette, qui était reléguée à s’occuper de « cette gosse » comme elle dit. C’est à cause d’elle que Lolo reçoit un mauvais traitement, est mal nourrie et brutalisée.

Comme il n’y a jamais que du négatif, il y a Grannie, la grand-mère adorable de Laurence, qui serait prête à tout pour sa petite fille. C’est mon personnage favoris de toute l’histoire. C’est un personnage d’une douceur, et d’une gentillesse, qu’on aimerait tous avoir pour grand-mère.

Hors-mis ces personnages là, il y a aussi le petit frère de Lolo, Charles, Un petit garçon innocent qui ne comprend pas forcément la situation. Il est chouchouté par sa tante. Il est aimé de ses parents. Il aimerait avoir une relation avec sa sœur, pouvoir jouer avec elle, s’amuser, mais il en est empêcher par sa famille.

Cette histoire m’a beaucoup émue, m’a touché. Quoi de plus triste que ce récit, dont le protagoniste est une petite fillette, et qui est d’autant plus maltraitée sans pouvoir se défendre.

Si je devais donné un conseil au lecteur sur ce livre, c’est de s’accrocher malgré la violence apparente de l’histoire. C’est un récit qui parle de la violence des parents, des proches envers une tierce personne, ici une enfant. Ce livre dénonce quelque chose de bien réel dans la société, et ne doit pas être ignoré!

 

Romance·Sciences fiction

Titania 3.0 de Pauline Pucciano

  • Titre: Titiana 3.0
  • Auteur: Pauline PuccianoTitiana 3.0
  • Genre: Sciences-fiction/Romance
  • Edition: Magnard
  • Description: 332 pages
  • Prix: 15.90 euros

 

Synopsis:

Paris, XXII° siècle. La société devenue ultralibérale n’obéit plus qu’aux lois impitoyables de l’argent des réseaux sociaux et du paraître. De grandes multinationales amassent des millions, dont Morgane Corp., qui fait fortune en prélevant et en revendant des organes ..

Titiana est devenue une icône des réseaux sociaux au physique presque irréel, tant elle ne cesse de modifier son apparence. Adulée, suivie par des millions de followers, rien ne la prédestine à rencontrer Jan,  simple jeune homme de dix-neuf ans, poète à ses heures perdues. Et pourtant! Lorsqu’il se rencontrent, c’est le coup de foudre.

Ce que ne sait pas encore Jan, c’est que cette créature énigmatique, à cent lieues de son univers, a signé un pacte avec la mort… Peu à peu, il mesure tout sa fragilité. Mais leur histoire d’amour naissante se complique lorsqu’un officier de police ordonne à Jan d’enquêter sur elle. Qui est Titania? D’où provient sa richesse? Que cache son immense solitude? En cherchant à comprendre, Jan découvre à quel point il est urgent de la sauver.


Mon avis:

Tout d’abord, je tenais à remercier les éditions Magnard pour l’envoie de ce roman. C’est donc avec une immense joie que je me suis lancée dans cette lecture, d’un nouveau genre pour moi.

On rencontre, dans ce roman, Jan et Titania, les personnages principaux, qui sont intriguant et attachant chacun à leur manière. Deux personnages que tout oppose: choix de vie, richesse, personnalité et niveau de notoriété. Jan le poète qui est plutôt réservé et discret, contrairement à Titania qui est connue et qui a une personnalité extravagante tout comme son apparence.

Les personnages vivent dans une époque futuriste par rapport à la notre, à savoir au 22° siècle. L’univers dépeint par l’auteur est extraordinaire et nous plonge dans un Paris inconnu pour nous ou règne réseaux sociaux et apparence en tout genre.

J’ai beaucoup aimé dans cette histoire le fait qu’il n’y ai pas que le coté positif de la société, mais aussi le coté triste, le « revers de la médaille » comme on pourrait dire. On voit que la société est divisé en deux avec les Libertons (ce sont les citoyens) et les Hors réseaux (ce sont les SDF).

Pour ce qui est de l’histoire, on y rentre assez facilement des les premières pages. L’intrigue est prenante et nous tient en haleine jusque la fin du roman. Une question subsiste durant toute l’intrigue: Qui est vraiment Titania?

Il y a seulement un petit truc qu’il faut savoir pour lire ce livre, c’est que dans le roman il y a des diminutif qui reviennent souvent tels que RV (réseau vecteur) et HR (hors réseau). Cela peut déranger au début, mais devient plus fluide au fur et à mesure de notre lecture.

En bref, j’ai beaucoup aimé l’histoire, malgré un début un peu long. C’est tout de même un roman que je conseille car il nous fait découvrir de nouvelles choses. En un mot ce roman est innovant.

4