[Chronique] Hier encore c’était l’été I

hier-encore-cetait-lete.jpg

  • Titre: Hier encore c’était l’été
  • Autrice: Julie de Lestrange
  • Genre: Contemporain
  • Edition: Le livre de poche
  • Description: 378 pages
  • Prix: 7.90 euros

Synopsis:

Alexandre, Marco, Sophie et les autres se connaissent depuis l’enfance. Ensemble ils sont nés, ensemble ils ont grandi, en toute insouciance et en toute innocence. Mais lorsque la vie les prend au sortir de l’adolescence, la claque est brutale. En une décennie, ceux que les intellectuels appellent la jeunesse perdue et désillusionnée vont devoir apprendre à se battre pour exister. La vie les perdra par endroits. À travers les drames, les fous rires et les joies subsiste alors l’amitié. Et l’amour qui les sauvera.


Mon avis:

Je tenais tout d’abord à remercier l’autrice et la maison d’édition qui m’ont envoyés le roman en partenariat. Je me suis donc lancer dans ma lecture avec une impatience folle à l’idée de découvrir un nouveau roman.

C’est un roman dans lequel on peut très facilement s’identifier aux personnages au début du roman. Les personnages sont jeunes et font tous parti de la même bande d’amis. Au début du roman j’aimais beaucoup les personnages car je m’identifiais facilement à eux, et parce que dès le premier chapitre ils m’ont énormément fais rire! Malheureusement plus j’avançais dans ma lecture plus c’était l’inverse que je commençais à ressentir pour ces protagonistes. Jusqu’au point où j’ai eu de l’aversion pour eux et que je n’arrivais plus à lire le livre, que j’ai donc mis en pause à la page 258.

L’intrigue commençait bien, une bande d’amis qui grandissait ensemble. Avec parfois quelques idylles amoureuses entre certains personnages. Seulement l’histoire qui commençait bien à vite tournée au cauchemar et là c’était moins plaisant à lire. J’ai vraiment eu du mal à m’imaginer dans la même situation que ces personnages, même si le roman à une résonance réelle, véritable. C’est-à-dire que l’on pourrait tous se retrouver dans la même position.

Ce que j’ai toutefois bien aimé dans l’intrigue c’est que l’on suit des personnages dans leur apprentissage. J’ai bien aimé aussi que l’on s’identifie à ces protagonistes, qui au départ étaient attachants.

Ce que j’ai adoré par contre c’est la plume de l’autrice que j’ai trouvé agréable à lire et légère. L’autrice à un style d’écriture que j’ai bien aimé même si l’histoire en elle même m’a beaucoup déçu.

Pour l’instant j’ai mis ce roman en pause mais je ne dit pas que je ne le reprendrais pas à un autre moment pour le finir. Si jamais je le reprend je mettrais à jour cette chronique.

Ma note: 3

Publicités

[Chronique] Le monde de Charlie

28157245_741337536071050_8829768181443723264_n(1)

  • Titre: Le monde de Charlie
  • Auteur: Stephen Chbosky
  • Genre: Contemporain
  • Edition: Sarbacane
  • Description: 256 pages
  • Prix: 13.95 euros

Synopsis: 

Au lycée ou il vient d’entrer, on trouve Charlie bizarre. Trop sensible, pas « raccord ». Pour son prof de Lettres, c’est sans doute un prodige ; pour les autres c’est juste un « freak ». En attendant, il reste en marge, jusqu’au jour où deux terminales, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. La musique, le sexe, les fêtes : le voilà entré dans la danse…et tout s’accélère.


Mon avis:

Je ne m’y attendais pas du tout quand j’ai commencé ce livre, mais il s’agit bien d’un roman épistolaire. Pour ceux qui ne saurais pas ce que c’est, un roman épistolaire est un roman fait de lettres. La spécificité de ce livre est que les lettres sont envoyés d’une seule personne, à savoir de Charlie, le personnage principale. On ne sait pas vraiment à qui sont envoyé les lettres, et c’est vrai qu’a la fin du roman on aimerais bien le savoir. On se pose même la question si les lettres sont vraiment envoyés ou non.

J’ai beaucoup aimé ma lecture. C’est un très bon roman, addictif et très bien écrit. La plume de l’auteur nous entraîne dans cette lecture. C’est écrit très simplement, ce qui rend la lecture légère et agréable. Elle nous plonge dans l’histoire.

Ce livre qui peut paraître assez jeunesse, ne l’est pas totalement. Il traite de différents sujets importants, mais qui reste survolés selon moi. L’auteur n’approfondit pas trop les sujets traités mais les survole, peut-être est-ce dû au fait que l’histoire est simple. On aborde l’homosexualité, la drogue,et tout ce qui est des premières expériences de la vie.

Ce que j’ai adoré, c’est qu’on s’identifie très facilement aux personnages. On se retrouve facilement dans les personnages. Les liens d’amitiés et d’amour ainsi que l’ambiguïté entre les deux, c’est un sujet qui est présent durant toute l’intrigue et qui est plutôt bien exploitée je trouve.

Ce roman apporte un message de tolérance envers les gens et leur possible différence. Il nous pousse à réfléchir quant à notre société et ses préjugés. C’est un excellent point pour le roman.

En bref, c’est un très bon roman que je conseille fortement, autant pour l’intrigue que pour les personnages attachants qu’on découvre.

Ma note: 5

[Chronique] Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers

25012406_140798086581527_6794014160574218240_n

  • Titre: Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers
  • Auteur: Benjamin Alire Saenz
  • Genre: Contemporain/Romance
  • Edition: Pocket Jeunesse
  • Description: 359 pages
  • Prix: 17.90 euros

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais…

C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.


Mon avis:

Tout d’abord je tiens à remercier Hugo (Enchanteur Littéraire) pour ses conseils de lecture. Je n’aurai pas lu ce livre maintenant, mais peut être dans longtemps.

Ce livre est vraiment une merveille. Il traite de sujets importants, qui sont mis en valeur par les personnages. Les deux personnages qui incarnent ses sujets sont des garçons.

Aristote est le personnage principal, c’est lui qu’on suit tout au long du roman. J’ai trouvé ce personnage trop triste et trop négatif, cela m’a beaucoup déçu même si ça fait partit de l’intrigue. C’est un personnage solitaire qui n’arrive pas se faire d’amis et qui ne donne pas sa confiance aussi facilement. C’est un personnage en quête d’identité, il se cherche et essaye de savoir qui il est. Il est aussi à la recherche de l’histoire de son frère en prison, il aimerait savoir pourquoi sa famille faisait comme s’il n’existait pas.

Dante, l’un des personnages secondaires, deviendra son ami. Leur destin se sont croisé par hasard quand Aristote a décidé d’aller à la piscine. Dante a un bon caractère, il croque la vie à pleines dents. J’aime beaucoup son tempérament et ses actions, comme le fait qu’il veuille sauver un oiseau. Contrairement à Aristote, ce personnage assume tout à fait ses pensées et ce qu’il est. Il n’a peur de rien. Et encore moins du regard des autres. C’est d’ailleurs l’un des messages que transmet le livre, le fait de ne pas écouter les autres et de rester soi-même.

J’aime beaucoup le lien qui se créé entre les deux personnages. Lien qui se développera tout au long de l’intrigue. C’est tellement bien formulé qu’on ne voit pas les 359 pages défilés.

L’auteur a su parler de sujets profonds, important mais surtout tabou dans notre société. L’humanité a beaucoup de préjugés et le fait d’en parler dans un roman est vraiment une bonne idée et une belle façon d’aider les jeunes. On peut parler de thérapie, je pense, pour décrire ce roman.

L’auteur a une belle écriture fluide. Il écrit avec des mots simple, que tout le mode peut comprendre. Il écrit avec beaucoup de simplicité et de réalisme.

Comme vous avez pu le comprendre ce livre est un énorme coup de cœur pour moi. Je conseil ce roman à tous, c’est une roman qu’il fait lire, d’autant plus qu’il est à porté de tous. Il n’y a aucune hésitation à avoir sur ce roman! Il est complètement addictif et vous fera passer un excellent moment. A lire avec un bon petit thé!

Ma note: COEUR

[Chronique] Moi, Tituba, sorcière

Je vous retrouve avec une nouvelle chronique, mais cette fois-ci un livre de cours. J’avais fait un sondage sur Instagram pour savoir si des chroniques sur mes livres de cours vous intéressait et vous avez été nombreux à répondre par l’affirmatif.


  • Titre: Moi, Tituba, sorcière
  • Auteur: Maryse Condémoi tituba sorcière.jpg
  • Genre: Contemporain
  • Edition: Folio
  • Description: 278 pages
  • Prix: 8,20 euros

Synopsis:

Fille de l’esclave Abena violée par un marin anglais à bord d’un vaisseau négrier, Tituba née à la Barbade, est initié aux pouvoirs surnaturels par Man Yaya, guérisseuse est faiseuse de sort.

Son mariage avec John Indien l’entraîne à Boston, puis au village de Salem au service du pasteur Parris. C’est dans l’atmosphère hystérique de cette petite communauté puritaine qu’a lieu le célèbre procès des sorcières de Salem en 1962. Tituba est arrêtée, oublié dans sa prison jusqu’à l’amnistie générale qui survient deux ans plus tard.

Là s’arrête l’histoire. Maryse Condé la réhabilite, l’arrache à cet oubli auquel elle avait été condamné, et, pour finir, la ramène à son pays natal, la Barbade au temps des nègres marron et des premières révoltes d’esclaves.


Mon avis:

J’ai lu ce livre dans le cadre d’un de mes cours à la fac. Et pourtant, je l’ai bien aimé! Quand j’ai commencé ce petit roman, je ne savais pas à quoi m’attendre car je n’avais pas lu le résumé.

On rencontre le personnage d’Abena, la mère de Tituba. C’est un personnage que je n’ai pas beaucoup apprécié, elle ne m’inspirait pas confiance du tout, son histoire m’a toutefois touché car c’est une « nègre » et qu’elle était esclave. On fait aussi la rencontre de Yao, le ‘beau- père’ de Tituba, avec qui cette dernière s’entend très bien. C’est l’un des personnages que j’aime énormément.

Aussi bizarre soit-il, je n’ai pas aimé le personnage de Tituba, que je trouvais trop naïve et trop obsédée. J’ai aussi trouvé qu’elle utilisait beaucoup son don ou faisait des sacrifices pour peu. Elle se dit sorcière du bien, guérisseuse de maladie, et qui veut aider les gens, mais ce n’est pas comme cela que je l’ai perçu.

Quand elle a rencontré John Indien on comprend très vite qu’il n’est pas ce qu’il prétend et qu’il est bien mieux intégrés chez les blancs que tout les autres esclaves. Quand il voit que sa femme n’est pas bien traité, que c’est une domestique et esclave maltraité, il lui dit que ce n’est rien et qu’il faut qu’elle se plie aux règles; c’est pourquoi ce personnage est l’un des plus mauvais de l’histoire.

Ce qui m’a aidé pendant la lecture, c’est que la plume de l’autrice est très agréable à lire. Contrairement à des classiques qu’on doit lire pour les cours, ce livre est doux à lire. C’est l’un de mes livres de cours favoris, malgré le sujet assez difficile de l’esclavage et de la chasse aux sorcière.

En bref, une lecture de cours plutôt sympa malgré un sujet important et difficile, avec de nombreux personnages. Un récit à ne pas manquer pour connaître le point de vue d’une sorcière durant cette période sensible qu’est la chasse aux sorcières.

Ma note: 3

[Chronique] Everything, everything

  • Titre: Everything, everything
  • Auteur: Nicola Yooneverythingeverything
  • Genre: Contemporain/Romance
  • Edition: Bayard
  • Description: 358 pages
  • Prix: 16.90 euros

 


Synopsis:

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors.

Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois.

Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

 


Mon avis:

Dès le début du roman on est plongé dans l’histoire, Madeline nous explique sa maladie. Elle nous explique comment elle vit avec ce lourd fardeaux. Elle passe ses journées à lire des livres, elle a aussi des cours par correspondances. Jamais elle n’est sortie de chez elle. Son infirmière, Carla, est présente auprès d’elle toute la semaine pour surveiller sa respiration, la température de la pièce ainsi que les filtres purificateur d’airs. Jusqu’au jour où des nouveaux voisins arrivent. Une famille avec deux enfants. Son jeune voisin va venir chambouler son petit coin de vie.

J’ai fais la rencontre de personnages très simple dans leur état d’esprit. Le personnage de Carla, l’infirmière de Madeline est un personnage que j’affectionne. Je la trouve joyeuse et on voit qu’elle a un effet positive sur la jeune fille. Elle est adorable et je l’imagine très bien. D’autant plus qu’elle est maman et très protectrice envers Maddy.

Ce roman m’a beaucoup touché, l’histoire de Maddy et le courage qu’elle a à faire face à ça. Si triste que cette situation puissent paraître, Maddy et sa mère trouvent des petits jeux comme le Pictionary Juré-Craché ou encore le Scrabble phonétique pour des moments détentes. Elles essaient de combler ce que le maladie les empêche de faire tel que sortir dehors où Madeline serait vulnérable.

Ce roman ne parle pas seulement d’une fille qui est malade et qui tombe amoureuse. On nous montre ici comment Madeline vit sa maladie et toutes ces contraintes. Ce que j’ai beaucoup aimé c’est que Madeline sait qu’elle est malade et elle ne se plait jamais de ce qui lui arrive.

Si je devais résumé ce roman en quelques mots je dirais impressionnant, addictif et original. On ne parle pas assez de ces maladies, et ici le sujet est très bien mené. Si vous ne l’avez pas lu ou que vous hésitez cette lecture est parfaite pour passer un bon moment. Il donne le sourire, il donne de l’espoir et il vous happera totalement. Il a fait beaucoup parler de lui sur la blogosphère avec des avis très positives. Il m’a conquise et c’est pour moi un énorme coup de cœur!

Ma note: 20/20

[Chronique] Rencontre à contre-sens

  • Titre: Rencontre à contre-sens ( Page amazone ici)51dD4bsfDCL
  • Auteur: Loly P-K
  • Genre: Contemporain
  • Description: 174 pages
  • Prix: 2.99 en e-book/8.44 euros en broché
  • Date de sortie: 25 avril 2017

 


Synopsis:

Louise, 25 ans, est une femme qui a longtemps su faire preuve de résilience. Après une enfance volée par l’un de ses proches, une vie près du bitume, de la prostitution et de la drogue, elle tente de sauver son avenir en pariant sur le prince charmant. L’homme qui saurait l’éloigner de son sombre passé et de sa vie atypique. Mais c’est sans tenir compte de ses promesses amicales qui l’écarteront sans cesse de celui qui pourrait bien être son évidence.

Elle et lui, une rencontre à contre-sens.

 


Mon avis:

La situation de Louise n’est pas des plus plaisantes. Prostituée, qui habite une maison une pièce, dans un immeuble insalubre. Un soir en rentrant chez elle, elle découvre son amie, Soann, assise en train de pleurer dans le couloir. Louise sait qu’il faut l’aider, comme quand son amie l’a aidée durant ses débuts dans la rue. Elle l’a fait donc entrer dans la maison et lui pose des questions pour savoir pourquoi Soann est dans un tel état.

On rencontre dans ce roman peu de personnages, mais on s’attache à eux et on espère qu’ils puissent s’en sortir, notamment Louise, et Soann. Louise est un personnage que je trouve courageux, elle affronte la vie comme elle peut, après ce qu’il lui est arrivé dans sa vie d’enfant. Elle a une histoire traumatisante, mais fait face quand même. Elle ment à ses parents, qui ne savent rien de sa vie. J’ai beaucoup eu d’empathie pour ce personnage.

Un autre personnage que j’aime beaucoup, c’est celui de Soann. On découvre ce personnage à travers Louise, et on comprend très vite que ce personnage a aussi souffert. La rue à rendu ces deux femmes dépendante de la drogue et cela affecte particulièrement Soann. Elle a un cancer de stade avancé.

J’ai aimé cette intrigue hors du commun. Ce roman est original et on ne s’ennuie pas du tout à la lecture. Il se lit très rapidement et on veut très vite savoir ce qui va se passer pour les protagonistes. La fin m’a beaucoup surprise je ne m’attendais pas du tout à ça!

Cette jeune auteur, avec son premier roman a su me surprendre et me faire découvrir ce roman que je n’ai pas du tout habitude de lire. C’est une découverte qui pourrait bien être un coup de coeur. N’hésitez pas, et foncez pour le lire!

En bref, un roman qui vaut le détour. Des personnages très attachants, une histoire originale, le tout pour passé un bon moment lecture en hiver sous la couette.

Ma note: 18/20

[Chronique] Les filles au chocolat I

  • Titre: Coeur cerisecoeur-cerise
  • Auteur: Cathy Cassidy
  • Genre: Jeunesse
  • Edition: Pocket Jeunesse
  • Description: 278 pages
  • Prix: 6.20 euros

 


Synopsis:

Cherry Costello, 13 ans, et son père Paddy s’installent en Angleterre chez Charlotte sa nouvelle compagne qui a quatre filles: Coco, 11 ans; les jumelles Skye et Summer, 12 ans et Honey, 14 ans. Cherry est ravie de faire partie d’une famille nombreuse. Mais à peine arrivée, elle craque sur Shay, le petit copain de Honey. Voilà qui ne va pas arranger la cohabitation déjà difficile avec Honey, la seule à ne pas accepter l’arriver de son nouveau beau-père! Alors que tous participent à la création d’un fabrique de chocolats. Cherry se retrouve partagée entre l’affection pour ses nouvelles soeurs e le charme irrésistible de Shay…

 


Mon avis:

Le roman s’ouvre sur Paddy et Cherry qui vont s’en aller de leur maison pour aller habiter chez Charlotte, la nouvelle compagne de Paddy. On rencontre, en même temps que Cherry, ses demi-soeurs. Cherry et Paddy sont très bien accueillit dans leur nouvelle famille, par Charlottes et ses filles, sauf Honey, qui ne se réjouit pas de les voir. (On sait que cette dernière souhaiterait que son père revienne)

Cherry fait aussi la rencontre de Shay.. C’est pour elle un coup de foudre; elle le trouve si beau. Cherry ne sait pas que c’est le petit-ami de Honey et ne va pas tarder à en voir les conséquences.

Honey, qui est très jalouse, vient voir Cherry pour lui faire comprendre que Shay lui appartient. Va alors naître une rivalité entre les deux adolescentes qui va aller loin.

Ce premier tome d’un saga de 9 tomes (6 romans et 3 hors-série) m’a complètement séduite de A à Z. C’est vraiment un coup de cœur.

J’ai beaucoup aimé les personnages de ce romans, car on s’identifie facilement à eux.Il y a très peu de personnages masculins par rapport aux personnages féminins mais cela ne pose aucun soucis et n’est pas lourd.

Ils ont entre 11 et 14 ans et donc le roman s’adresse aux adolescents, et pré-adolescents. Ce sont des personnages touchant et attachant qu’on a hâte de découvrir dans les tomes suivants. Le prochain tome est Cœur guimauve.

J’ai découvert une auteur à la plume très girly, très simple mais à la fois très agréable à lire. Son style d’écriture est adapté pour les jeunes à la lecture de ce roman. Je pence que l’on peut lire ce roman dès l’age de 10 ans.

Ma note: 19.5/20