[Chronique] La vérité sur l’affaire Harry Quebert

41805995_484815128663878_7392796000194013468_n(1)

  • Titre: La vérité sur l’affaire Harry Quebert
  • Auteur: Joël Dicker
  • Genre: Contemporain/Policier
  • Edition: De Fallois
  • Description: 857 pages
  • Prix: 9.20 euros

Synopsis:

À New York, au printemps 2008, lorsque l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.
Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?


Mon avis:

Avant tout autre chose, je me demande pourquoi je m’y suis pas mise plus tôt! On m’avait pourtant dit de ne pas attendre, que ça ne servait à rien! Mais bon … vaut mieux tard que jamais!! J’en ai tellement entendu parler que j’avais beaucoup d’attentes concernant ce livre, et heureusement je ne suis pas déçu loin de là! C’est un méga coup de coeur, et je suis heureuse de vous dire que c’est mon livre favoris!

J’ai adoré les différentes intrigues: le romancier qui n’arrive pas à écrire et qui doit se débrouiller car son éditeur attend et l’enquête policière sur la mort de Nola Kellergan. Ces deux intrigues se mêlent à la perfection et on a aucun mal à suivre ces deux histoires. L’enquête prend plus de place dans le roman car elle aide aussi l’intrigue du romancier.

Ce livre n’est que rebondissements, découvertes et suspens. À chaque chapitre un nouveau mystère s’ajoute à l’enquête mené par Marcus Goldman pour protéger son ami Harry quebert et trouver le meurtrier de Nola. On est balader par l’auteur, du début à la fin! On ne sait vraiment pas ce qui va nous arriver à la fin, et jusqu’au bout on ne sait pas ni si l’auteur aura écrit un livre, ni si on trouvera un meurtrier.

Parfois, il faut se méfier des apparences! Et dans ce roman c’est vraiment ça!

Les personnages sont très attachants. Ils ont (presque) tous une histoire propre qui nous touchent. On passe par toutes les émotions grasse à ses personnages et à cette intrigue. Nola, qui n’est pas un personnage « présent », nous touche beaucoup par son histoire, que l’on connait via les autres personnages.

Ce que vous devez savoir avoir d’ouvrir ce livre, c’est que dès que vous y mettez le nez, il sera difficile de le fermer avant la fin! On commence ce livre et on arrive à la dernière page sans s’en apercevoir. Pour la petite anecdote, je n’arrivais pas à choisir ma prochaine lecture et j’ai voulu lire juste un chapitre de trois livres; sauf qu’en lisant le premier chapitre je ne me suis pas arrêter et j’ai continuer jusqu’au troisième. Trop loin pour reculer…

Je recommande fortement ce roman addictif à tous! N’ayez pas peur, vous ne serez pas déçu. Et puis entre nous soit dis vous rater votre vie à ne pas le lire!

Ma note: 5 coup de coeur.png

Almiss fin

 

[Chronique] L’espoir sous nos semelles

40741028_1989357911117754_3561562528039009213_n.jpg

  • Titre: L’espoir sous nos semelles
  • Auteur: Aurore Gomez
  • Genre: Contemporain
  • Edition: Magnard
  • Description: 333 pages
  • Prix: 15.90 euros

Synopsis:

Imaginez une île montagneuse. Chaque été, le « trail du Pownal », une course en montagne de près de 1 000 kilomètres suivie par des milliers de fans sur les réseaux sociaux, fascine les habitants. Trente concurrents âgés de dix-sept à vingt-cinq ans sont livrés à la montagne, à sa rigueur et à ses dangers avec un équipement rudimentaire. Pour la plupart des participants, s’inscrire au trail, c’est caresser l’espoir de quitter l’île et de changer de vie. Pour l’héroïne, Juno, dix-sept ans, l’argent de la victoire est surtout le seul moyen de sauver sa famille du naufrage qui est en train de les engloutir. Elle sait qu’avant elle, d’autres se sont gravement blessés sur le parcours. Elle sait qu’il faudra affronter les crêtes vertigineuses, les sommets enneigés, les forêts effrayantes, les bêtes sauvages, les autres concurrents et leurs stratégies. Mais est-elle vraiment préparée à la douleur quotidienne ? Aux souvenirs qui anéantissent ? À l’amour qui bouleverse ? À tout perdre si elle ne gagne pas ? A l’épreuve de sa propre détermination, Juno entame sa traversée pour y apprendre l’amour qui sauve et la dure marche du monde.


Mon avis:

Je trouve que l’intrigue ( une jeune femme qui veut sauver sa famille par tout les moyens ) c’est du déjà-vu mais que la façon dont c’est raconter et tout de même très original. L’auteur a su intriguer le lecteur avec l’idée de cette course à pied dans les montagnes. On y voit la fragilité de l’homme face à la nature et le danger qu’elle peut représenter à certains moments, dans certaines situations.

C’est très émouvant. On est a chaque instant plongé dans cette histoire, comme ci nous étions avec les personnages sur ces montagnes. On ressent la peur qu’il arrive quelque chose. On ressent la joie quand les personnages se rencontrent. Mais aussi le désarroi et tous les émotions et sentiments.

C’est vraiment très intéressant et il y a du suspense tout au long du roman. On ne sait pas comment l’histoire se finit. On peut s’imaginer une fin mais qui n’est pas du tout celle qui est écrit. Je ne veux pas spoiler mais juste dire qu’on s’attend très souvent à un happy end mais que ce n’est pas toujours le cas! La fin ne m’a peut-être pas surprise car je m’y attendais un peu, mais je ne la voyais à la fois pas comme ça non plus.

Quand on commence l’histoire on est directement plongé dans l’intrigue et c’est très addictif. Il y a beaucoup d’émotion tout au long du roman. On ressent les émotions des personnages , on a mal avec eux et on est plongé avec eux dans cette randonnée.

Je dirais qu’on est parfois malmené par l’autrice car il y a des personnages en qui on a confiance et qui nous déçoivent et des personnages dont on a peur mais qui, au final , sont très attachant. L’auteur, grâce à sa magnifique plume, nous transporte dans un univers très dur mais très beau. L’écriture est magnifique, fluide et très agréable à lire.

En bref c’est un très bon roman avec des personnages attachants et le pleins d’émotions. Un roman addictif que je recommande à tous. A consommer sans modération!

Ma note: 5

Almiss  fin

[Chronique] Autoboyographie

38097223_235871127066091_7468803404525993984_n.jpg

  • Titre: Autoboyographie
  • Auteurs: Christina Hobbs et Lauren Billing
  • Genre: Romance contemporaine
  • Edition: Hugo Roman
  • Description: 395 pages
  • Prix: 17 euros

Synopsis:

Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Californie pour le plus traditionnel État de l’Utah, le jeune homme se rend à l’évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu’un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir ce patelin dès que possible). C’est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux Séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Challenge accepté ! Et Tanner ne regrette pas son choix. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige – et accessoirement mormon – qui a remporté le Séminaire haut la main l’année passée… Et quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui…


Mon avis:

Si j’ai commencé cette lecture, c’est d’abord grâce à sa magnifique couverture, puis ensuite pour ces diverses avis mitigés. Et ce roman n’est pas un coup de cœur mais une simple lecture qui a été agréable.

L’histoire d’amour entre les deux protagonistes, Tanner et Sébastian, est très belle mais aussi très cliché! Nous avons un personnage qui tombe fou amoureux d’un autre, et un second personnage qui lui n’assume pas cet amour et se cache. En soit l’histoire est belle et intrigante mais la façon dont elle est écrite est très cliché et c’est du déjà vu. Le fait de ne pas pouvoir tomber amoureux de qui on veut.

L’intrigue, sans être totalement originale, a quelque chose de très intéressante. On a envie d’en savoir plus sur les personnages, sur les sujets présents dans le roman.

La religion mormon est très présente dans l’intrigue. C’est l’un des sujets principal a l’histoire. Elle a une place importante dans le cœur de certains personnages tels que Sébastian, et tout les personnages secondaires de l’Utah, réputé pour sa religion. Même si la religion est  omniprésente, cela ne m’a pas du tout déranger. J’ai beaucoup appris sr cette religion en lisant ce livre et certains préjugés qu’on peut avoir disparaissent après lecture. Les préjugés concernant cette religion ne sont pas tous aussi fondés que l’on ne le croit.

Les personnages sont très attachants Il y a beaucoup de personnages positif comme les parents de Tanner qui sont très protecteur envers leur fils mais qui savent tout de même laissé du leste quand il y a besoin. Concernant le personnage de Sébastian, il m’a quelquefois laissé perplexe. Il ne savait pas franchement ce qu’il voulait et c’était désagréable.

En bref, j’ai apprécié l’histoire d’amour et l’omniprésence de la religion ne m’a pas dérangé et m’a même appris beaucoup de chose. Les personnages sont (presque tous) attachants. Toutefois le roman est très cliché et un peu trop redondant.

Ma note: 3

Avez-vous lu ce roman? Si oui, que pensez-vous de ce livre?

Almiss  fin

[Chronique] Inspiration I

36828785_212289529487044_5298354570689249280_n.jpg

  • Titre: Inspiration I
  • Auteur: Cécile « Battybat » Dourlens
  • Genre: Contemporain/Fantastique
  • Edition: Nanachi Edition
  • Description: 292 pages
  • Prix: 15 euros

Synopsis:

Connaissez-vous le syndrome de la page blanche ?

Ecrire une belle histoire. Tel serait le souhait de Rayon de Soleil. Mais elle est persuadée de ne pas pouvoir y arriver. Ces quelques jours de congés devraient l’aider à se débloquer.

Et quel dommage que les rêves nocturnes s’effacent au réveil… Ils auraient pu servir de base !

Pourtant, sans qu’elle s’en rende vraiment compte, progressivement, un monde fantastique se développe dans son esprit et des personnages extraordinaires y prennent vie.

Du rêve à la réalité, passez d’un monde à l’autre et prenez vous au jeu de suivre notre héroïne au fil de son quotidien, des aventures des héros de son monde imaginaire, le tout ponctué de ses nuits.


Mon avis:

Tout d’abord je tenais à remercier l’auteur pour l’envoi de son roman. Quand l’auteure m’a proposé son roman je pensais que l’histoire serait basé sur l’écriture, l’imagination, l’invention d’une histoire et la publication. Je ne me suis pas trompée, et j’ai même eu plus encore que ce à quoi je m’attendais!

L’intrigue du roman est très originale et je n’en avait pas encore eu des comme ça! Elle est assez simple, il s’agit d’une femme qui a envie d’écrire un roman mais qui ne trouve pas l’inspiration. Elle fait des rêves dont elle pourrait se servir pour commencé à écrire mais au réveil, elle n’en a plus aucun souvenir.

L’auteur du roman  a choisit d’écrire son roman avec trois temps de narration, nous avons un temps pour les rêves nocturnes, le présent pour la vie quotidienne du personnage de Rayon de Soleil et enfin un temps pour l’imagination du personnage. Ces trois temps de narration aide vraiment à la compréhension de l’histoire.

Pour ce qui est des personnages, ils sont tous aussi attachants les uns que les autres. Ce que j’ai trouvé de nouveau dans ce roman, c’est qu’aucun personnage (même secondaire) n’est négatif. Les personnages ne sont pas « mauvais » ou alors sans le vouloir.

Et pour terminé, l’écriture de l’auteure est très fluide! La plume de l’auteure est très agréable à lire. A la fois simple et légère, elle nous entraîne dans son univers unique. On est transporté dans cet univers original, unique et parfait pour l’été.

En bref, C’est une très bonne lecture que je recommande pour l’été pour son histoire simple mais original. Lecture légère et agréable pour l’été, avec des personnages top et attachants! J’attend la suite avec impatience!

Ma note:

4

Pour vous procurer ce roman: Ici (maison d’édition) ou Ici (directement avec l’auteur). Vous pouvez aussi retrouver le roman sur Amazon en vente ici.

J’espère que cette chronique vous aura plu, et vous aura donner envie de le lire. Je vous souhaite de bonnes lectures et à bientôt pour de nouvel article.

Almiss fin

[Chronique] Hier encore c’était l’été I

hier-encore-cetait-lete.jpg

  • Titre: Hier encore c’était l’été
  • Autrice: Julie de Lestrange
  • Genre: Contemporain
  • Edition: Le livre de poche
  • Description: 378 pages
  • Prix: 7.90 euros

Synopsis:

Alexandre, Marco, Sophie et les autres se connaissent depuis l’enfance. Ensemble ils sont nés, ensemble ils ont grandi, en toute insouciance et en toute innocence. Mais lorsque la vie les prend au sortir de l’adolescence, la claque est brutale. En une décennie, ceux que les intellectuels appellent la jeunesse perdue et désillusionnée vont devoir apprendre à se battre pour exister. La vie les perdra par endroits. À travers les drames, les fous rires et les joies subsiste alors l’amitié. Et l’amour qui les sauvera.


Mon avis:

Je tenais tout d’abord à remercier l’autrice et la maison d’édition qui m’ont envoyés le roman en partenariat. Je me suis donc lancer dans ma lecture avec une impatience folle à l’idée de découvrir un nouveau roman.

C’est un roman dans lequel on peut très facilement s’identifier aux personnages au début du roman. Les personnages sont jeunes et font tous parti de la même bande d’amis. Au début du roman j’aimais beaucoup les personnages car je m’identifiais facilement à eux, et parce que dès le premier chapitre ils m’ont énormément fais rire! Malheureusement plus j’avançais dans ma lecture plus c’était l’inverse que je commençais à ressentir pour ces protagonistes. Jusqu’au point où j’ai eu de l’aversion pour eux et que je n’arrivais plus à lire le livre, que j’ai donc mis en pause à la page 258.

L’intrigue commençait bien, une bande d’amis qui grandissait ensemble. Avec parfois quelques idylles amoureuses entre certains personnages. Seulement l’histoire qui commençait bien à vite tournée au cauchemar et là c’était moins plaisant à lire. J’ai vraiment eu du mal à m’imaginer dans la même situation que ces personnages, même si le roman à une résonance réelle, véritable. C’est-à-dire que l’on pourrait tous se retrouver dans la même position.

Ce que j’ai toutefois bien aimé dans l’intrigue c’est que l’on suit des personnages dans leur apprentissage. J’ai bien aimé aussi que l’on s’identifie à ces protagonistes, qui au départ étaient attachants.

Ce que j’ai adoré par contre c’est la plume de l’autrice que j’ai trouvé agréable à lire et légère. L’autrice à un style d’écriture que j’ai bien aimé même si l’histoire en elle même m’a beaucoup déçu.

Pour l’instant j’ai mis ce roman en pause mais je ne dit pas que je ne le reprendrais pas à un autre moment pour le finir. Si jamais je le reprend je mettrais à jour cette chronique.

Ma note: 3

[Chronique] Le monde de Charlie

28157245_741337536071050_8829768181443723264_n(1)

  • Titre: Le monde de Charlie
  • Auteur: Stephen Chbosky
  • Genre: Contemporain
  • Edition: Sarbacane
  • Description: 256 pages
  • Prix: 13.95 euros

Synopsis: 

Au lycée ou il vient d’entrer, on trouve Charlie bizarre. Trop sensible, pas « raccord ». Pour son prof de Lettres, c’est sans doute un prodige ; pour les autres c’est juste un « freak ». En attendant, il reste en marge, jusqu’au jour où deux terminales, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. La musique, le sexe, les fêtes : le voilà entré dans la danse…et tout s’accélère.


Mon avis:

Je ne m’y attendais pas du tout quand j’ai commencé ce livre, mais il s’agit bien d’un roman épistolaire. Pour ceux qui ne saurais pas ce que c’est, un roman épistolaire est un roman fait de lettres. La spécificité de ce livre est que les lettres sont envoyés d’une seule personne, à savoir de Charlie, le personnage principale. On ne sait pas vraiment à qui sont envoyé les lettres, et c’est vrai qu’a la fin du roman on aimerais bien le savoir. On se pose même la question si les lettres sont vraiment envoyés ou non.

J’ai beaucoup aimé ma lecture. C’est un très bon roman, addictif et très bien écrit. La plume de l’auteur nous entraîne dans cette lecture. C’est écrit très simplement, ce qui rend la lecture légère et agréable. Elle nous plonge dans l’histoire.

Ce livre qui peut paraître assez jeunesse, ne l’est pas totalement. Il traite de différents sujets importants, mais qui reste survolés selon moi. L’auteur n’approfondit pas trop les sujets traités mais les survole, peut-être est-ce dû au fait que l’histoire est simple. On aborde l’homosexualité, la drogue,et tout ce qui est des premières expériences de la vie.

Ce que j’ai adoré, c’est qu’on s’identifie très facilement aux personnages. On se retrouve facilement dans les personnages. Les liens d’amitiés et d’amour ainsi que l’ambiguïté entre les deux, c’est un sujet qui est présent durant toute l’intrigue et qui est plutôt bien exploitée je trouve.

Ce roman apporte un message de tolérance envers les gens et leur possible différence. Il nous pousse à réfléchir quant à notre société et ses préjugés. C’est un excellent point pour le roman.

En bref, c’est un très bon roman que je conseille fortement, autant pour l’intrigue que pour les personnages attachants qu’on découvre.

Ma note: 5

[Chronique] Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers

25012406_140798086581527_6794014160574218240_n

  • Titre: Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers
  • Auteur: Benjamin Alire Saenz
  • Genre: Contemporain/Romance
  • Edition: Pocket Jeunesse
  • Description: 359 pages
  • Prix: 17.90 euros

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais…

C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.


Mon avis:

Tout d’abord je tiens à remercier Hugo (Enchanteur Littéraire) pour ses conseils de lecture. Je n’aurai pas lu ce livre maintenant, mais peut être dans longtemps.

Ce livre est vraiment une merveille. Il traite de sujets importants, qui sont mis en valeur par les personnages. Les deux personnages qui incarnent ses sujets sont des garçons.

Aristote est le personnage principal, c’est lui qu’on suit tout au long du roman. J’ai trouvé ce personnage trop triste et trop négatif, cela m’a beaucoup déçu même si ça fait partit de l’intrigue. C’est un personnage solitaire qui n’arrive pas se faire d’amis et qui ne donne pas sa confiance aussi facilement. C’est un personnage en quête d’identité, il se cherche et essaye de savoir qui il est. Il est aussi à la recherche de l’histoire de son frère en prison, il aimerait savoir pourquoi sa famille faisait comme s’il n’existait pas.

Dante, l’un des personnages secondaires, deviendra son ami. Leur destin se sont croisé par hasard quand Aristote a décidé d’aller à la piscine. Dante a un bon caractère, il croque la vie à pleines dents. J’aime beaucoup son tempérament et ses actions, comme le fait qu’il veuille sauver un oiseau. Contrairement à Aristote, ce personnage assume tout à fait ses pensées et ce qu’il est. Il n’a peur de rien. Et encore moins du regard des autres. C’est d’ailleurs l’un des messages que transmet le livre, le fait de ne pas écouter les autres et de rester soi-même.

J’aime beaucoup le lien qui se créé entre les deux personnages. Lien qui se développera tout au long de l’intrigue. C’est tellement bien formulé qu’on ne voit pas les 359 pages défilés.

L’auteur a su parler de sujets profonds, important mais surtout tabou dans notre société. L’humanité a beaucoup de préjugés et le fait d’en parler dans un roman est vraiment une bonne idée et une belle façon d’aider les jeunes. On peut parler de thérapie, je pense, pour décrire ce roman.

L’auteur a une belle écriture fluide. Il écrit avec des mots simple, que tout le mode peut comprendre. Il écrit avec beaucoup de simplicité et de réalisme.

Comme vous avez pu le comprendre ce livre est un énorme coup de cœur pour moi. Je conseil ce roman à tous, c’est une roman qu’il fait lire, d’autant plus qu’il est à porté de tous. Il n’y a aucune hésitation à avoir sur ce roman! Il est complètement addictif et vous fera passer un excellent moment. A lire avec un bon petit thé!

Ma note: COEUR