[Chronique] Moi, Tituba, sorcière

Je vous retrouve avec une nouvelle chronique, mais cette fois-ci un livre de cours. J’avais fait un sondage sur Instagram pour savoir si des chroniques sur mes livres de cours vous intéressait et vous avez été nombreux à répondre par l’affirmatif.


  • Titre: Moi, Tituba, sorcière
  • Auteur: Maryse Condémoi tituba sorcière.jpg
  • Genre: Contemporain
  • Edition: Folio
  • Description: 278 pages
  • Prix: 8,20 euros

Synopsis:

Fille de l’esclave Abena violée par un marin anglais à bord d’un vaisseau négrier, Tituba née à la Barbade, est initié aux pouvoirs surnaturels par Man Yaya, guérisseuse est faiseuse de sort.

Son mariage avec John Indien l’entraîne à Boston, puis au village de Salem au service du pasteur Parris. C’est dans l’atmosphère hystérique de cette petite communauté puritaine qu’a lieu le célèbre procès des sorcières de Salem en 1962. Tituba est arrêtée, oublié dans sa prison jusqu’à l’amnistie générale qui survient deux ans plus tard.

Là s’arrête l’histoire. Maryse Condé la réhabilite, l’arrache à cet oubli auquel elle avait été condamné, et, pour finir, la ramène à son pays natal, la Barbade au temps des nègres marron et des premières révoltes d’esclaves.


Mon avis:

J’ai lu ce livre dans le cadre d’un de mes cours à la fac. Et pourtant, je l’ai bien aimé! Quand j’ai commencé ce petit roman, je ne savais pas à quoi m’attendre car je n’avais pas lu le résumé.

On rencontre le personnage d’Abena, la mère de Tituba. C’est un personnage que je n’ai pas beaucoup apprécié, elle ne m’inspirait pas confiance du tout, son histoire m’a toutefois touché car c’est une « nègre » et qu’elle était esclave. On fait aussi la rencontre de Yao, le ‘beau- père’ de Tituba, avec qui cette dernière s’entend très bien. C’est l’un des personnages que j’aime énormément.

Aussi bizarre soit-il, je n’ai pas aimé le personnage de Tituba, que je trouvais trop naïve et trop obsédée. J’ai aussi trouvé qu’elle utilisait beaucoup son don ou faisait des sacrifices pour peu. Elle se dit sorcière du bien, guérisseuse de maladie, et qui veut aider les gens, mais ce n’est pas comme cela que je l’ai perçu.

Quand elle a rencontré John Indien on comprend très vite qu’il n’est pas ce qu’il prétend et qu’il est bien mieux intégrés chez les blancs que tout les autres esclaves. Quand il voit que sa femme n’est pas bien traité, que c’est une domestique et esclave maltraité, il lui dit que ce n’est rien et qu’il faut qu’elle se plie aux règles; c’est pourquoi ce personnage est l’un des plus mauvais de l’histoire.

Ce qui m’a aidé pendant la lecture, c’est que la plume de l’autrice est très agréable à lire. Contrairement à des classiques qu’on doit lire pour les cours, ce livre est doux à lire. C’est l’un de mes livres de cours favoris, malgré le sujet assez difficile de l’esclavage et de la chasse aux sorcière.

En bref, une lecture de cours plutôt sympa malgré un sujet important et difficile, avec de nombreux personnages. Un récit à ne pas manquer pour connaître le point de vue d’une sorcière durant cette période sensible qu’est la chasse aux sorcières.

Ma note: 3

Publicités

Un commentaire sur “[Chronique] Moi, Tituba, sorcière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s