[Chronique] L’Adversaire

On se retrouve aujourd’hui pour ma chronique sur L’adversaire d’Emmanuel Carrère que j’ai lu en lecture commune avec La fée bouquineuse. Vous retrouverez sa chronique ici.


  • Titre: L’adversaire

  • Auteur: Emmanuel Carrère
  • Genre: Témoignage
  • Edition: Foliol'adversaire
  • Description: 211 pages
  • Prix: 6.60 euros

Synopsis:

« Le 9 janvier 1993, Jean-Claude Romand a tué sa femme, ses enfants, ses parents, puis tenté, mais en vain, de se tuer lui-même. L’enquête a révélé qu’il n’était pas médecin comme il le prétendait et, chose plus difficile encore à croire, qu’il n’était rien d’autre. Il mentait depuis dix-huit ans, et ce mensonge ne recouvrait rien. Prêt d’être découvert, il a préféré supprimer ceux dont il ne pouvait supporter le regard. Il a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.

Je suis entré en relation avec lui, j’ai assisté à son procès. J’ai essayé de raconter précisément, jour après jour, cette vie de solitude, d’imposture et d’absence. D’imaginer ce qui tournait dan sa tête au long des heures vides, sans projet ni témoin, qu’il était supposé passer à son travail et passait en réalité sur des parkings d’autoroute ou dans les forêts du Jura. De comprendre, enfin, ce qui dans une expérience humaine aussi extrême m’a touché de si près et touche, je crois, chacun d’entre nous. »


Mon avis:

Pour commencer, j’ai connu ce livre grâce à l’un de mes cours à la fac. On en a lu un extrait qu’on a commenté, j’avais bien aimé et j’ai voulu lire l’oeuvre entière.

J’ai aimé lire ce livre mais sans plus. L’histoire était intrigante car c’est un fait divers qu’on raconte dans ce roman. C’est une histoire vrai qu’on a mis sous forme de récit. J’ai voulu voir comment l’auteur a su transformer la réalité et l’horreur de cette histoire en quelque chose de moins horrible.

Ce livre étant une bonne lecture, reste toutefois truffé de défauts selon moi. Il y a beaucoup de petites choses qui m’ont déplu, tant dans l’histoire que dans les personnages.

Le personnage de Jean-Claude Romand est un menteur, qui de plus croît à ses mensonges. Je n’ai pas du tout aimé de côté là. Vous allez me dire que c’est là le centre de l’histoire, mais justement cela m’a dérangée car c’était quelque chose de trop présent. Le personnage mentait à tout vas et pour n’importe quoi.  Il aurait pu, à mon avis, en parler à une ou quelques personnes qui seraient dans la confidence et qui auraient pu aider Romand à s’en sortir. De plus, les mensonges et les fait de Romand sont redondant: l’argent escroquer, les séparations avec Corinne et Florence …

L’histoire nous ai raconté par un narrateur. Ce dernier a contacter Roman afin de connaître l’histoire et son ressenti. Ce qui se passait dans sa tête lorsqu’il mentait et lorsqu’il a commis cet acte irréparable d’ôter la vie à sa femme, ses enfants et ses parents. Romand est un tueur, coupable dès faits qui lui son reproché. Toutefois, le narrateur le place, dans son récit, en tant que victime. Je ne comprend d’ailleurs pas du tout son point de vue. Comment peut-il penser une chose pareil après un acte aussi ignoble?

Pour ce qui est des personnages secondaires tels que sa femme et Luc Ladmiral (son meilleur ami), on ne peut que les trouver naïfs. Les mensonges étaient là, bien présent et son entourage ne s’est aperçu de rien. Comment cela est-ce possible? C’est une histoire assez étrange, troublante et qui n’a ni queue ni tête.

Ce que je n’ai pas aimé dans la globalité du roman c’est qu’on ai pas assez de détails du procès. On en sait plus sur la vie de Romand et comment il en est arrivé à tuer des gens, que sur le dérouler du procès.

Ce que j’aurai aimé avoir dans ce roman c’est différents points de vue. peut-être celui  de Luc. Je pense que cela nous aurait éclairé sur beaucoup de choses. J’aurai apprécié des détails du procès, parce que nous avons rien sur ce derniers, ou presque.

En bref, c’est une bonne lecture simple à lire car l’écriture de l’auteur est agréable et fluide mais  avec de nombreux défauts. C’est une bonne expérience étant donné que ce n’est pas mon genre de prédilection.

Ma note: 3

Publicités

[Chronique] Phobos II

  • Titre: Phobos
  • Auteur: Victor Dixenphobos tome 2
  • Genre: Science-fiction/ Dystopie
  • Edition: Robert Laffont (Collection R)
  • Description: 490 pages
  • Prix: 17.90 euros

Synopsis:

Reprise de la chaîne Genesis dans 3 secondes…, 2 secondes…, 1 seconde…

Ils croyaient maîtriser leur destin. Ils sont douze pionniers du programme Genesis. Ils pensaient avoir tiré un trait sur leur vie d’avant pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées. En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.

Elle croyait maîtriser ses sentiments. Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour. Elle pensait pouvoir ouvrir son cœur sans danger. En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé.

Même si les souvenirs tournent au supplice, il est trop tard pour oublier.


Mon avis:

J’ai commencé la lecture du tome 2 tout de suite après le tome 1. Ce à quoi je ne m’attendais pas c’est que l’on continue l’histoire exactement là où elle s’est arrêtée.

Ce tome est surprenant et l’on ne s’attend pas vraiment à ce qu’on va y découvrir. Il est aussi addictif que le premier. Surtout, on lâche pas le livre avant le dernier mot de la dernière page. Quand on plonge dans le paysage de Mars on n’en sort pas indemne. On est dans une ambiance angoissante, on ne sait pas vraiment ce qu’il va advenir de nos protagonistes.

Dans ce deuxième tome, beaucoup de liens d’amour et d’amitié se créent.  Tout au long du roman, on voit les personnages se rapprocher. Il y a certains personnages qui restent en retrait et d’autres qui s’affirment plus et se montre au grand jour.

L’intrigue tourne un peu en rond au début. Alors que les personnages doivent se mettre d’accord, on voit bien une scission en deux groupes: le premier qui veut retourner sur Terre et se venger de Serena et le second qui veut poursuivre sa vie sur Mars et trouver une solution pour survivre. Les personnages ne trouvent d’issus à leur situation puis on décèle une ouverture dans le complot dont ils sont victime et on voit un meilleur avenir pour nos 6 couples.

En plus de suivre nos 6 couples de pionniers, on suit la diabolique Serena et son amant/disciple Arthur Montgomery. On la déteste de plus en plus au fur et à mesure que l’intrigue avance. Sa cruauté augmente; De plus elle est agaçante quand on le voit des yeux de Léonor et des autres.

Les personnages que j’ai aussi aimé suivre sont Harmonie McBee, qui n’est pas du tout comme sa mère, et Andrew Fisher. Deux personnages qui forment un duo de choc pour aider nos héros. Ils se lient d’amitié pour sauver les pionniers de Mars. Ce sont deux personnages que tout oppose, à part le fait que Serena les recherche pour les détruire. A eux deux ils savent trop de chose, et ils sont à éliminer selon Serena.

Et puis la fin, vous voulez qu’on en parle? Cette fin dont personne ne s’attend. Cette fin qui nous brutalise le cœur. Maintenant je n’attend que la suite, le troisième 3, pour connaître la suite; autant dire le mois prochain :/

En bref, un deuxième tome qui annonce une merveilleuse suite. On a hâte de retrouver nos personnages, et de suivre leur aventure sur Mars, la planète rouge.

Ma note: COEUR

[Pal] Novembre 2017

Avec un peu de retard, voici ma pile à lire du mois de novembre.

pa pal


Il y a trois catégories à ma pal. Il y a mes lectures de cours, mes lectures plaisirs et les services presses.

Mes lectures de cours:

  • Voyage au bout de la nuit de Céline
  • Le bateau-usine de Koboyashi Takiji
  • Moi, Tituba, Sorcière de Maryse Condé

 

Mes lectures plaisirs:

  • Phobos, tome 1 de Victor Dixen
  • Phobos, tome 2 de Victor Dixen
  • L’adversaire d’Emmanuel Carrère
  • Frappe-toile cœur d’Amélie Nothomb
  • Le pacte d’Emma de Nine Gorman

 

Mes services presses:

  • Titania 4.0 de Pauline Pucciano
  • Destinée inconnue, tome 1 d’Ellen Vaillancourt

23348256_149997789080903_1616815523473915904_n

C’est une pal qui compte 10 livres, ce qui représente un gros challenge pour moi. Toutefois j’espère bien réussir à lire tout les livres.

Comme vous avez déjà pu le voir sur le blog, j’ai déjà deux de ces livres à mon actif, à savoir Moi, Tituba sorcière de Maryse Condé et Phobos, tome 1 de Victor Dixen.

[Chronique] Phobos I

  • Titre: Phobos
  • Auteur: Victor Dixenphobos tome 1.jpg
  • Genre: Science-fiction/ Dystopie
  • Edition: Robert Laffont (Collection R)
  • Description: 433 pages
  • Prix: 17.90 euros

Synopsis:

Six prétendantes. Six prétendants. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. 

Ils veulent marqué l’histoire avec un grand H. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Elle veut trouver l’amour avec un grand A. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour….

Même si le rêve vire au cauchemar il est trop tard pour regretter. 


Mon avis:

J’ai commencé ce roman après tout le monde, avec un temps de retard je l’avoue. Mais comme on le dit toujours: vaut mieux tard que jamais! Avec ce synopsis qui m’a alléché, je tremblais d’impatience de me lancer dans la lecture de ce livre.

Une télé-réalité sur Mars sous forme de voyage pour conquérir et coloniser l’espace. Quoi de mieux? C’est original et novateur, et nous fait voyager avec les prétendants et prétendantes du programme.

La lecture est addictive et passionnante. Qui aurait pu penser à une télé-réalité sur Mars? Il n’y a que Victor Dixen pour créer cet univers! Son écriture, juste magnifique et agréable à lire, nous permet l’évasion dans un nouvel univers: la conquête de la planète Mars.

Les personnages sont attachants. Personnages blessés par la vie, en candidatant pour le programme Genesis, ils veulent se reconstruire. Personnellement je me suis senti touché par leur histoire à chacun.  Le fait qu’il n’y ai pas le point de vue des prétendants les rend très mystérieux et on a encore plus envie de les découvrir personnellement. On connait leur histoire grâce aux informations qu’ils donnent aux filles lors de leur échanges, mais on ne sait pas ce qu’ils pensent des prétendantes contrairement à elles.  Il manque d’après moi, juste le point de vue des personnages masculins, à savoir les six prétendants. Cela apporterait un petit plus. Mais encore une fois c’est selon moi.

Le personnage que j’aime beaucoup est celui de Léonor, d’où on a le point de vue du côté des prétendantes. Elle n’a pas été gâtée par la vie et la « Salamandre » ne l’aide pas dans sa vie, au contraire elle la complique. On a de l’empathie pour elle et on aimerait l’aider dans ses choix.

En étant lecteur on connait l’entièreté de l’histoire, à savoir ce qui se passe dans le vaisseau. On connait ce qui se passe sur la chaîne Genesis comme les spectateurs. Et ce qui se passe dans les locaux de Cap Canaveral: les coulisses du programme et les messes basses des organisateurs. On sait donc ce qui est prévu et on connait le coté tragique de l’expédition. On se demande vraiment ce qui va arrivé: la vie miraculeuse ou la mort prédite de nos personnages? Ça donne un rythme intéressant à l’histoire.

Un dernier point que je ne vais qu’effleurer pour ne pas vous spoiler, c’est la fin. L’auteur sait très bien y faire pour amener le suspense jusqu’à la fin, la dernière page, le dernier mot.

En bref, c’est excellente lecture originale et addictive à souhait et peuplé de personnages attachant. Un voyage vers Mars que l’on ressent tout comme si l’on était à bord du vaisseau avec les personnages.

Ma note: COEUR

Etant donné que ce livre est un énorme coup de cœur, je vais me mettre de suite à la lecture du tome 2.

[Chronique] Moi, Tituba, sorcière

Je vous retrouve avec une nouvelle chronique, mais cette fois-ci un livre de cours. J’avais fait un sondage sur Instagram pour savoir si des chroniques sur mes livres de cours vous intéressait et vous avez été nombreux à répondre par l’affirmatif.


  • Titre: Moi, Tituba, sorcière
  • Auteur: Maryse Condémoi tituba sorcière.jpg
  • Genre: Contemporain
  • Edition: Folio
  • Description: 278 pages
  • Prix: 8,20 euros

Synopsis:

Fille de l’esclave Abena violée par un marin anglais à bord d’un vaisseau négrier, Tituba née à la Barbade, est initié aux pouvoirs surnaturels par Man Yaya, guérisseuse est faiseuse de sort.

Son mariage avec John Indien l’entraîne à Boston, puis au village de Salem au service du pasteur Parris. C’est dans l’atmosphère hystérique de cette petite communauté puritaine qu’a lieu le célèbre procès des sorcières de Salem en 1962. Tituba est arrêtée, oublié dans sa prison jusqu’à l’amnistie générale qui survient deux ans plus tard.

Là s’arrête l’histoire. Maryse Condé la réhabilite, l’arrache à cet oubli auquel elle avait été condamné, et, pour finir, la ramène à son pays natal, la Barbade au temps des nègres marron et des premières révoltes d’esclaves.


Mon avis:

J’ai lu ce livre dans le cadre d’un de mes cours à la fac. Et pourtant, je l’ai bien aimé! Quand j’ai commencé ce petit roman, je ne savais pas à quoi m’attendre car je n’avais pas lu le résumé.

On rencontre le personnage d’Abena, la mère de Tituba. C’est un personnage que je n’ai pas beaucoup apprécié, elle ne m’inspirait pas confiance du tout, son histoire m’a toutefois touché car c’est une « nègre » et qu’elle était esclave. On fait aussi la rencontre de Yao, le ‘beau- père’ de Tituba, avec qui cette dernière s’entend très bien. C’est l’un des personnages que j’aime énormément.

Aussi bizarre soit-il, je n’ai pas aimé le personnage de Tituba, que je trouvais trop naïve et trop obsédée. J’ai aussi trouvé qu’elle utilisait beaucoup son don ou faisait des sacrifices pour peu. Elle se dit sorcière du bien, guérisseuse de maladie, et qui veut aider les gens, mais ce n’est pas comme cela que je l’ai perçu.

Quand elle a rencontré John Indien on comprend très vite qu’il n’est pas ce qu’il prétend et qu’il est bien mieux intégrés chez les blancs que tout les autres esclaves. Quand il voit que sa femme n’est pas bien traité, que c’est une domestique et esclave maltraité, il lui dit que ce n’est rien et qu’il faut qu’elle se plie aux règles; c’est pourquoi ce personnage est l’un des plus mauvais de l’histoire.

Ce qui m’a aidé pendant la lecture, c’est que la plume de l’autrice est très agréable à lire. Contrairement à des classiques qu’on doit lire pour les cours, ce livre est doux à lire. C’est l’un de mes livres de cours favoris, malgré le sujet assez difficile de l’esclavage et de la chasse aux sorcière.

En bref, une lecture de cours plutôt sympa malgré un sujet important et difficile, avec de nombreux personnages. Un récit à ne pas manquer pour connaître le point de vue d’une sorcière durant cette période sensible qu’est la chasse aux sorcières.

Ma note: 3